• Vue du projet depuis la Place des Alpes vers la Place d'Italie
  • Etat existant
  • Plans étages courant et attique

Le projet

Surélévation et création de logements collectifs

Le terrain se situe  dans le 13ème arrondissement, sur le Boulevard Vincent Auriol à proximité de la Place d’Italie, axe majeur et structurant de la ville de Paris.

Le terrain  est en périmètre de protection de Monuments Historiques.En effet, un grand nombre de bâtiments et sites remarquables, inscrits, et/ou  classés se trouvent à proximité du projet. On y compte notamment l’Eglise Luthérienne de la Trinité consacrée en 1888, le Campus des Arts et Métiers (1914), le Parc de Choisy, le Théâtre des Gobelins,  la Manufacture des Gobelins, le Mobilier national, le Square Albert Le Gall, la Tour Albert, Immeuble de rapport réalisé par Roger Anger et Mario Heymann, des HBM de Henry Sauvage, …

Le sud du boulevard est caractérisé par de grands ensembles de logement datant des années 1960 et 1970 Au nord, le contexte architectural et urbain est plus hétérogène, présentant un bâti représentatif de différentes époques, du 19ème à nos jours.

Ainsi une véritable séquence urbaine prend place depuis le pont de Bercy jusqu’à la Place d’Italie, perceptible à la fois depuis le niveau de la rue, mais aussi depuis le viaduc pour les usagers du métro sur une grande partie du boulevard.

La parcelle du projet, fait pleinement partie de cette séquence urbaine, et ce juste avant la place d’Italie, avec un emplacement privilégié de par sa position angulaire.

Le bâtiment existant sur la parcelle à  R+3+C a été construit en 1840, et son mitoyen au n°168 Bd Vincent Auriol est un immeuble à R+7 datant de 1895. Ainsi, aujourd’hui c’est un pignon très présent et frontal qui émerge après la Place des Alpes, avant d’arriver Place d’Italie.

Le programme prévoit la surélévation du bâtiment existant à R+3+C afin de créer de nouveaux logements. Ainsi  5 niveaux supplémentaires sont créés avec 3 nouveaux étages courants et 2 niveaux d’attique, permettant la construction de 7 logements.

Afin de permettre la surélévation, la toiture de type Mansart y compris les combles (mezzanines) seront supprimés. Le R+3 existant devient un étage de transition entre les niveaux existants et les niveaux projetés : son plancher est conservé mais les façades sont entièrement réhabilitées afin de créer une continuité architecturale avec le projet.

Le projet prolonge le volume existant tout en préservant la courette.

La parcelle étant une parcelle d’angle – la dernière du Boulevard Vincent Auriol avant d’arriver place d’Italie, en venant de la Seine- le projet se doit de traduire cet emplacement urbain fort. Par conséquent, il se présente comme une « proue » à l’Îlot, et vient combler un vide urbain sur le Boulevard Vincent Auriol.

Le projet affirme sa position tout en respectant une « politesse urbaine ». Il vient terminer l’îlot, répond en terme de gabarit aux bâtiments alentours, et marque sa position angulaire tout en finesse.

En effet, il prolonge le volume existant mais présente une double peau partielle dont l’angle est légèrement décalé par rapport au bâti. Cette double peau constituée de brises soleil, s’appuie sur des balcons filants au niveau des 3 étages courants créés et du R+3 étage transitionnel.

En attique, le bâtiment se termine par un duplex à R+7 et R+8 en retraits, et une toiture végétalisée. Le R+8 partiel côté Bd Vincent Auriol, permet un épannelage à R+7 du côté de la rue Godefroy, où le mitoyen est à R+3. Ainsi, le volume émergent généré par le projet côté rue Godefroy est réduit d’un niveau.

Le projet dans sa globalité, existant et extension présente une consommation d’énergie primaire de 53 kwh/m2.an .

 

Voir aussiXBureaux